La bonne pratique de la photo

Faire des photos en Noir & Blanc 1/2

Noi et blanc pour des photos de reportage

Alors que le noir et blanc à tendance à disparaitre du monde de la vidéo, en photo il est toujours intemporel et a toujours sa place à part entière.

C'est souvent une preuve de qualité, nous tombons toujours autant en extase devant de belles photos en noir et blanc. Il est tout à fait adapter pour traiter beaucoup de sujets différents.

Je vous propose de voir sur deux articles, la technique pour faire de beaux noir et blanc depuis la prise de vue au post-traitement. Ce premier post traitera de la prise de vue, le second traitera de la post-production de la photo.

La différence entre l'argentique et le numérique

Photo d'une porte en noir et blanc
En argentique, une fois que nous avons placé une pellicule en noir et blanc nous ne pouvons plus faire que du noir et blanc. Si l'on ajoute des filtres ou d'autres artifices lors de la prise de vue, c'est irrévocable et on ne pourra pas modifier grand-chose lors du développement. (même si on peut tout de même travailler les photos au moment du développement, même en argentique). Il faut bien penser sa photo en noir et blanc dès le début.

En numérique, il existe de plus en plus un "mode" noir et blanc. Il existe même d'autres simulation de filtres, comme le sépia ou des filtres de couleurs, surtout sur les appareils en entrée de gamme. Mais on peut repasser en "mode" couleur dès la photo suivante. C'est un des avantages du numérique.

Ceci dit cela comporte deux inconvénients majeurs. Le premier est que souvent les photographes oublient de penser en noir et blanc. Nous voyons le monde en couleur et cela fausse notre facilité à faire de beaux noir et blanc.  L'autre inconvénient est qu'en numérique, l'appareil photo stock des informations dans un fichier. Ces informations sont limitées selon la taille du fichier (dépend du nombre de million de pixel et du format du fichier JPG/RAW). Quand on prend ses photos en "mode" noir et blanc, on laisse l'appareil sélectionner les informations qu'il garde et les informations qu'il supprime ... et ce n'est pas la meilleure solution. On préfèrera donc toujours le passage du noir et blanc en post-traitement afin de supprimer ou garder les informations que l'on désire et ne pas laisser l'appareil le faire seul.

Une autre différence importante entre l'argentique et le numérique et que les photographes dépassés par le numérique n'arrivent pas à comprendre, c'est qu'en argentique il vaut mieux sous-exposer légèrement la photo que de la sur-exposer. En format numérique c'est exactement l'inverse.

En cas de sous-exposition lors de la prise de vue en argentique, il suffit d'exposer le négatif légèrement plus longtemps lors du développement pour récupérer le problème.

En numérique, nous stockons des informations dans un fichier et on stocke neuf fois plus d'informations dans les tons clairs que dans les tons foncés. Du coup si on doit choisir, autant sur-exposer que sous exposer. Dans ce cas nous perdons des informations là où nous en avons le plus ce qui permettra une récupération plus importante

(pour comprendre comment sont stockées les informations dans les fichiers numériques je vous renvois vers le tutoriel JPG vs RAW)

 

Un noir et blanc se pense dès la prise de vue

photo noir et blanc, partie mont saint michel

Ceci est aussi vrai en numérique qu'en argentique.

Le noir et blanc contient moins d'informations que les photos couleurs. Cette perte de couleur fait qu'il faut capter un maximum d'informations dès la prise de vue, afin que lors de la perte d'informations, au moment du passage de la couleur en noir et blanc, il nous reste suffisamment d'informations pour faire un beau noir et blanc et non pas un gris fadasse, comme on en voit trop.

De ce fait, il faut prendre une photo en pensant noir et blanc dès le départ, dès la prise de vue. Il va falloir créer les contrastes présents en couleur, en dégradé de gris. Les contrastes viennent de la lumière et de la couleur et c'est ce second point qu'il est plus difficile "penser en noir et blanc"  au moment de la prise de vue, avec nos yeux qui voient en couleur.

 

Les contrastes du fait de la lumière

Il est facile de constater les contrastes des lumières dès la prise de vue. Un contre jour, une partie ombragée ou une partie de la photo plus claire feront ressortir le contraste dans le noir et blanc d'une façon encore plus accentué qu'en couleur. Le fait de supprimer des informations lors du passage en noir et blanc va permettre d'accentuer cette différence. (Cf. dans la seconde partie du tutoriel lors du post traitement).

Par contre il faut faire attention à ne pas trop sous-exposer ou sur-exposer les photos lors de la prise de vue, sans quoi la perte d'information va faire des parties les plus contrastées de la photos, des parties cramées1, ou bouchées2.

Il faut choisir sa lumière pour prendre les photos en noir et blanc. Même si c'est une constante générale en photo, ici ce point est encore plus sensible. En couleur les conditions difficiles de lumières posent problème quand il y a de forts contrastes de lumières. En noir et blanc, du fait que l'on perd des informations en numérique, par rapport à la couleur, cela est encore amplifié. A midi les contrastes seront bien plus forts qu'en début ou fin de jour.

Comme une image vaut tous les discours du monde, voici la même photo prise et développée selon deux expositions différentes. On voit ici qu'un contraste de lumière trop fort, fait qu'un certain nombre d'informations disparaissent. Ici les détails de la robe noire comme les plis, les détails des cheveux disparaissent. Idem pour les détails en arrière plan du modèle trop exposés qui disparaissent sur la version dont le contraste est trop fort.

Même si le fort contraste peut être sympathique sur cette photo, ce n'est pas toujours du meilleure effet et le fait de perdre autant de détail peut être ennuyeux. Donc attention aux lumières trop fortes qui amplifient les contrastes entre les parties sombres et claires d'une photo.

Exemple de photo noir et blanc bien contrastée Photo noire et blanc trop contrastée
 
Nota

1. Une zone cramée d'une photo est une zone qui devient complètement blanche sans aucun détail car ceux-ci sont perdus du fait que la partie de la photo est trop surexposée.

2. Une zone bouchée d'une photo est uns zone complètement noire sans aucun détails car la photo étant trop sous-exposée les informations des parties sombres disparaissent.

Les contrastes à partir de la couleur 1/2

Le contraste des couleurs peut se travailler en post-traitement, mais cela sera un des points abordés dans la seconde partie de ce  tutoriel.

Lors de la prise de vue, s'il fait un temps brumeux, ou bien comme dans certaines grandes villes, aux heures où le soleil est au zénith, la pollution rends les contrastes très fades. Depuis le pont neuf, à Paris, il est parfois presque impossible de distinguer la tour Eiffel alors qu'en temps normal elle se détache parfaitement du reste depuis ce même endroit.

Alors comment faire ? Évidemment, contrairement à une prise de vue en studio où l'on contrôle la lumière, en extérieur on dépend de la lumière ambiante. Alors comment ajouter du contraste ? On peut ajouter des filtres comme des filtres de couleurs ou des filtres polarisants. Cela permet de forcer une couleur ou une autre et cela peut redonner de la "matière" aux éléments photographiés. Mais le problème des filtres est que l'on ne peut pas jouer sur l'intensité. En effet, même si l'on fausse les couleurs, je vous rappel que l'on passera la photo en noir et blanc, alors la seule chose qui compte ce sont les contrastes, pas la fidélité des couleurs.

Et si l'on a pas de filtre ?

Toujours en vous rappelant que le but est d'obtenir un noir et blanc, il faut que vous arriviez à faire abstraction de la couleur en elle-même et que vous la voyez comme une différence de nuance de gris. Alors pourquoi ne pas fausser la balance des blancs pour améliorer les contrastes ?

Voici deux exemples :

Le premier exemple est une photo prise trop tard dans la journée, vers 11h30 en plein soleil. J'ai pris en photo le sacré cœur de Paris en passant passer ensuite la photo en noir et blanc. Comme vous le savez ce monument est très blanc, donc en plein soleil on perd beaucoup de matière sur la surface. Voici la photo si je l'avais prise en exposition neutre (avec la lumière ambiante) et avec la balance des blancs à 5200° kelvins (température de la lumière au soleil à midi) :

montmartre plein soleil

Lors de la prise de vue, j'ai baissé volontairement la lumière avec une compensation d'exposition de -2/3 IL (en gros j'ai pris la photo avec moins de lumière que la situation réelle) et j'ai faussé ma balance des blancs en la passant à 4000k (soit 1500° kelvins en dessous de la réalité). Le résultat est que la photo est plus bleue et j'ai récupéré de la matière sur le bâtiment et le ciel.

 

Montmartre pris avec balance des blancs faussée

Voici de plus près un exemple de ce que j'ai récupéré comme matière sur un gros plan sur le bâtiment :

Vous pouvez voir sur les pierres que j'ai récupérer de la matière et que l'on distingue plus de détails et en noir et blanc cela me fait gagner encore des détails.

Le résultat en noir et blanc, avec les mêmes paramètres donne ceci :

A partir de la photo avec la balance des blancs bien équilibrée et une exposition neutre

Montmartre passé en noir et blanc avec une photo couleur fade

A partir de la photo avec la balance des blancs déséquilibrée et une compensation d'exposition à -2/3IL

Montmartre en noir et blanc avec une balance des blancs déséquilibrée

 

Vous me direz qu'il serait possible de contraster plus la première version. Je vous l'accorde, mais ici le but est de monter qu'il vaut mieux penser sa photo en noir et blanc dès le départ car cela permet de régler son appareil pour qu'il prenne la photo avec le meilleur résultat dès la prise de vue, donc qu'il stocke dans le fichier RAW ou JPEG le maximum informations correctes pour que j'en en élimine un minimum lors du passage en noir et blanc lors du post traitement.

Les contrastes du fait de la couleur 2/2

Certains vous soutiendrons qu'il ne sert à rien de faire ça lorsque l'on travail en format RAW. En effet on ne stock en format JPEG que 6% des informations que l'on stock dans un RAW. Donc quand on passera du RAW au JPEG on supprime énormément d'information de toute façon et en réglant notre RAW correctement avant ce passage de RAW à JPEG, cela suffira. Je vous dirais que je ne suis pas d'accord. Si mon appareil est mal réglé lors de la prise de vue, même si je stock beaucoup plus d'informations, je ne stockerais pas 100% des meilleures informations que j'aurais put stocker, donc le résultat est forcément moins bon. Par exemple les parties bouchées de vos photos seront irrécupérables même si vous les prenez au format RAW.  L'information des détails de la partie bouchée n'est pas stockée dans le fichier, il est donc impossible de la créer par la suite.

Un second exemple. Cette fois je n'ai joué que sur la balance des blancs et on part d'une photo avec la même densité de lumière. La différence avec la première photo est qu'ici la lumière est très basse et du coup, alors que pour la première je perdais de la matière du fait du trop de lumière, ici j'en perds du fait du manque de lumière.

Cette fois au lieu de baisser les kelvins de ma balance des blancs pour rendre la photo plus bleue, j'ai augmenté ma balance des blanc à 5200k alors que dans l'église de notre dame (où a été prise la photo) la température de la lumière est plus près de 3200k. Du coup la photo est beaucoup plus rouge qu'à la normale. La pierre de Paris est très blanche donc si l'on veut récupérer de la matière il faut ruser, surtout en condition de lumière difficile.  😉

Photo prise avec une balance des blancs correcte (3200k)

Photo prise avec une blancs des blancs faussée volontairement (5500k)

Voici le résultat avec la même transformation pour le passage en noir et blanc :

L'histogramme

Lors de la prise de vue il est facile de vérifier la quantité de "matière" capter lors de la prise de vue (quantité d'information numérique stockée dans le fichier). Pour cela tous les appareils de type réflex, bridge et même certains compats modernes disposent d'un histogramme. Chez moi c'est une information qui est toujours affichée. Cela permet de vérifier de façon bien plus fiable de la qualité de la photo, que par l'image de l'écran à l'arrière de nos appareils.

L'histogramme des couleurs RVB (Rouge, Vert, Bleu)  m'indique si ma balance est bien équilibré et si j'ai perdu des informations dans une couleur ou une autre.

L'histogramme général lui m'indique la dose d'information perdue dans les zones trop claires ou trop sombres.  De plus il faut vérifier que l'histogramme ne soit pas trop plat, ce qui indique que l'on n'a pas beaucoup de contraste (Cf. le tutoriel sur l'utilisation des histogrammes).

Il est possible aussi d'afficher de plus en plus, sur les nouveaux appareils, l'histogramme général (généralement blanc) mais aussi les histogrammes de chaque couche de notre photo (RVB) représenté par un histogramme de la couleur de la couche (Rouge, Vert, Bleu)

Quelques histogrammes pour illustrer mes propos :

Ce premier histogramme montre que l'on a perdu beaucoup d'information lors de la prise de vue. Il y a beaucoup de zones de la photo bouchées (trop sombres) et d'autres parties cramées (tellement claires quelles sont blanches). Et au centre nous n'avons quasiment aucune information. Du coup le noir et blanc sera remplie de zones blanches et noir sans aucun détail. Les contrastes sont trop forts comme la seconde photo de la page 2.

 

Ce second histogramme montre que l'on a une photo très sombre. Énormément d'informations ont été perdues lors de la prise de vue. Le noir et blanc qui en découlera sera très sombre et on ne pourra pas obtenir beaucoup plus d'informations. On voit que toutes les données sont à gauche donc dans les parties sombres et que les tons clairs à droit n'ont quasiment aucunes informations.

 

Ce dernier histogramme montre que les informations ont bien été prises lors de la prise de vue et que le noir et blanc qui en découlera aura de grande chance de rendre un très bon résultat. La hauteur des courbes montre qu'il y a beaucoup d'informations dans le fichier et le fait que l'histogramme ne dépasse que légèrement a droite montre que très peut d'informations ont été perdues et uniquement dans les tons clairs.

On voit que l'histogramme court sur toute la longueur à une hauteur satisfaisant ce qui montre que nous auront beaucoup de contrastes correctes pour "développer" notre photo en noir et blanc.

Enfin On voit par cette histogramme que la balance des blancs n'était sans doute pas réglée d'une façon juste. On voit qu'il y a une dominante de la couche rouge dans les tons clairs, alors que c'est une dominante bleue que l'on a dans les tons foncés. Cela est sans doute volontaire et c'est un élément qu'il faudra prendre en compte lors du post traitement lors du passage ne Noir et Blanc afin d'obtenir le meilleur résultat.

Ce qu'il faut retenir

Ce qu'il faut retenir de cette première partie de ce tutoriel :

  • Le Noir et blanc  à besoin de contraste dès la prise de vue.
  • En numérique, il ne faut pas prendre la photo en "mode" noir et blanc, mais en couleur et passer la photo en noir et blanc en post-traitement
  • Les contrastes s'obtiennent par la gestion de la lumière et par la gestion des couleurs
  • Il faut penser en noir et blanc lors de la prise de vue et ne pas hésiter à fausser les couleurs pour obtenir les informations nécessaires pour le noir et blanc.

Posts Similaires
Créez votre mini studio pour 25€ - avec 2 softbox

Apprenez à réaliser un mini studio à la maison avec 2 softbox pour moins de 25€. Cet article vous explique comment les assembler et vous montre des exemples de photos réalisées avec ces softbox.

Comment Retoucher ses photos

Je vous présente une méthode de retouche des photo en studio ou de portrait en général. Je propose des stage photo pour apprendre à réaliser ce genre de travail. sur photoshop ou lightroom, des références.

Histoire d'une photo III - Ne pas respecter les règles de composition

Je ne respecte pas les règles de composition de photo pour avoir de plus belles photos, originales et uniques. Un exemple qui prouve que les règles de composition peuvent être violées.

Retouches beautés avec photoshop

Dans cet article vous trouverez une méthode pour réaliser les retouches beautés de vos photos. Ce tutoriel est présenté par trois vidéos de 15 minutes.

A propos de

Benoit est photographe professionnel et habite à Paris, en ile de France .

En parallèle de ses reportages de photographe, il propose des stages photo à Paris. Benoit Thibaudeau est spécialisé dans les reportages de mariage et les photos de mode et publicité.

Après avoir passé plusieurs années à former des personnes en informatique et poster des dizaines de tutoriels sur des forums photo, il a décidé de dispenser des cours photo. Vous pouvez retrouver la liste et les dates de stage sur son site : .

Retrouvez sur ce Blog des dizaines de tutoreils photo pour vous aider à progresser en photo.

Son site de stage photo :

Son site de photographe :