Comment progresser en Photographie !

Ecrit par Benoit dans Apprendre la photo | 20 commentaires |

Cette semaine je vous propose de vous sentir moins seul avec vos doutes sur vos capacités à progresser en photographie. Je vais vous parler de moi … si si … enfin plus exactement de ma progression en photo. Je ne pense pas que mon film préféré ou la liste de mes courses vous intéresse 😀

Vous allez voir, que tout comme vous, mon parcourt photographique fut remplis de beaucoup de doutes et de succès 😉

Un peu d’histoire

Nikon F501Pour ma part tout a commencé à l’âge de 15 ans, en 1984, quand mon père m’offrit un Nikon F-501 muni d’un simple 50mm f/1.8. Je sais 1984, certains diront que ce n’est pas de l’histoire, mais de la préhistoire 😉

J’ai toujours estimé que c’était une chance d’avoir commencé à l’époque de l’argentique. Les appareils photo numériques arrivaient tout juste et avaient une qualité déplorable. La chance de cette époque était que la photo coutait cher par rapport à aujourd’hui. Du coup, il n’était pas conseillé de déclencher à tout va, mais de prendre son temps et de bien réfléchir aux réglages et à la composition artistique avant de déclencher peu.

Muni d’un seul 50mm cela m’obligeait à chercher pour trouver un bon point de vue. C’est un conseil que je vous donne, pratiquez avec un objectif fixe, c’est un très bon exercice, comme je vous l’avais expliqué dans cette vidéo. C’est une pratique que je fais toujours régulièrement aujourd’hui.

Le manque de cette époque était qu’il n’y avait pas de réseaux sociaux, n’y même d’internet. On devait apprendre seul par des livres ou avec l’aide des gens qui nous entouraient.

Je pratiquais surtout la photo de paysages et quelques portraits.

L’arrivée d’internet et du numérique

Ce fut un bouleversement exceptionnel, une révolution, que ceux qui ne l’on pas vécu ne peuvent même pas imaginer aujourd’hui. Cela a permis d’échanger nos idées et nos photos et d’apprendre la photo grâce aux premiers sites et aux ancêtres des réseaux sociaux, « les forums ».

Ce fut l’époque de la naissance des communautés de photographes. Une explosion de possibilités. Des rencontres, des tutoriels, des conseils, des critiques, … bref des centaines de possibilités de se faire aider pour progresser.

Mes premiers appareils photo numériques

Mon premier appareil photo numérique fut un Canon 350D en 2005, après plus de 20 ans d’argentique. Une plage dynamique très restreinte nous obligeant à réaliser beaucoup de HDR, une gestion des ISO horrible et ne dépassant pas ISO 1600, 8 millions de pixels et un objectif 18-55mm dont la qualité n’est même pas qualifiable aujourd’hui. Très très loin de la qualité qu’offrait l’argentique.

Cela permet d’apprendre que le matériel ne fait pas tout. J’ai appris avec cet appareil photo de très basse qualité à faire mes premières photos que j’ai pu partager hors du contexte familial et pourtant il y en a quelques unes dont je n’ai pas honte encore aujourd’hui. Mais à cet époque, la qualité d’Internet et le prix des disques, nous obligeaient à partager nos photos dans un format très léger ne dépassant pas de 200Ko, ce qui détériorait encore plus la qualité des photos.

le Louvre à Paris - France

le Louvre à Paris – France

Je suis passé très vite au full frame avec le premier Canon 5D en 2007. Il n’offrait pas réellement une meilleure mise au point, ni même une meilleure gestion d’ISO qui restait bridée à 1600 tout comme pour le 350D. Mais la gestion de la profondeur de champ et de réel grands angles ont vite impacté mon langage photographique.

Une chose a changé avec l’arrivée du numérique, la possibilité de s’exercer sans que cela ne coûte rien. J’ai put travailler encore et encore mes points faibles, ce qui m’aurait coûté une fortune à l’époque de l’argentique. J’ai put progresser très rapidement grâce à ça.

Les partages des photos sur Internet

Mon métier d’ingénieur informatique m’a amené à voyager dans le monde entier durant plus de 15 ans, 11 mois par an de 1993 à 2008. J’ai commencé à faire énormément de photos de paysages que je partageais plusieurs fois par semaine sur plusieurs forums. L’expérience aidant, j’ai commencé aussi la photo de rue, une discipline qui permet de comprendre que sans empathie envers ton sujet, tu n’arriveras jamais à réaliser une belle photo.

C’est aussi l’époque de mon premier site Internet, aujourd’hui disparu « Instants Saisis ». J’y avais créé un carnet de voyage où j’écrivais des articles sur les pays que je visitais. Cela m’a permis de commencer à m’exprimer avec une suite de photos. J’ai dût construire mes reportages en organisant et en triant mes photos.

J’ai aussi commencé à participer aux premiers concours sur les forums. Cela m’a permis de travailler sur des thèmes précis. Certains sites comme fotocommunity ou zphoto mettaient en avant les meilleures photos postées. Cela m’a souvent motivé pour faire mieux et j’ai été plusieurs fois en UNE de ces sites. Cela nourrit un peu son égo, il est vrai, mais surtout cela m’a toujours poussé à vouloir faire mieux.

Ce fut une très bonne école. Apprendre par le partage avec des photographes de toute l’Europe, puis du monde entier. Soumettre ses photos à la critique, apprendre à analyser les photos des autres pour y apporter une critique constructive, sont des aides précieuses à la progression d’un photographe.

Apprendre et enseigner. J’ai commencé à écrire des tutoriels photos dès 2007 sur les forums avant de créer mon blog deviens-photographe, le 20 mai 2010. Pour moi, il était normal de participer activement à l’accès du savoir sur Internet.

Le partage, la soumission de ses photos à la critique et l’étude des photos des autres vous permettra de progresser rapidement.

Mes premières photos

Comme tout le monde, j’ai eu différentes périodes dans ma pratique photographique. J’en ai beaucoup parlé dans la vidéo de ma chaine Youtube « Exercez votre oeil de photographe« .

Les photos de paysage

Comme je vous le disais plus haut, pendant plus de 15 ans j’ai énormément voyagé. Du coup, il aurait été stupide de ne pas prendre de photos de ce que j’ai eu la chance de voir. Dès que je le pouvais, hors de mes heures de travail, je partais explorer le pays où j’étais. Par contre la majorité de ses photos ont été prise avec un appareil photo argentique.

chateau de poenarie - roumanie

château de poenarie – Roumanie

En partageant mes photos et surtout en observant les photos des autres sur Internet, j’ai appris de mes erreurs. La première erreur que j’ai corrigé est d’apprendre les règles de composition. La seconde était que dans les photos de paysage, je me limitais souvent à des plans d’ensemble. A force de voir de belles photos de détail d’autres photographes, je me suis entrainé à réaliser ce genre de photos et mon langage photographique a évolué très vite, formant mon œil de photographe.

Ma période baroque

Très souvent, une fois que l’on maîtrise le triangle d’exposition et quelques règles de composition, on arrive à notre période baroque. Le second album des chanteurs ou des groupes de musique est souvent le plus mauvais. Heureux du succès du premier album, ils veulent tout mettre dans le second, montrer tout leur savoir et leurs compétences et ils chargent trop.

En photo, sans doute, traverserez-vous aussi cette période baroque. Mais c’est constructif, il faut en tirer des leçons et évoluer vers un style plus construit, plus posé et plus simple.

Ma période noir et blanc

Même si j’en avais traversé une durant mes 20 ans d’argentique, en numérique j’ai aussi eu une période ou je ne faisais pratiquement que du noir et blanc (déjà parce qu’en argentique le noir et blanc était moins onéreux que la couleur).

La photo noir et blanc supprime beaucoup d’informations que peut apporter la couleur. Il faut donc mieux penser sa photo pour que le message apparaisse de façon flagrante sans artifice. Cela m’a obligé à travailler plus mes compositions. J’ai aussi appris qu’une photo noir et blanc doit être pensée en noir et blanc dès sa prise de vue, sans quoi on risque de se retrouver avec une photo grise et sans intérêt. Bien isoler son sujet avec la profondeur de champ, le mouvement ou la lumière est essentiel en photo noir et blanc.

photo de rue en Bulgarie

photo de rue – Bulgarie


le Louvre à Paris - France

le Louvre à Paris – France

C’est à cette époque que j’ai commencé à m’intéresser de très près aux logiciels de retouches de photo pour améliorer mes noir et blanc.

Mes premiers essais sur Photoshop 3

Je peux vous assurer que photoshop 3 n’avait rien à voir avec le photoshop CC d’aujourd’hui. Lightroom n’existait pas et les logiciels gratuits détérioraient les photos plus qu’ils ne les amélioraient. Je vous ai montré dans la vidéo « noir et blanc en 20 secondes chrono » la facilité à faire un noir et blanc de nos jours. Sous photoshop 3 il fallait jouer avec les filtres RGB et régler des intensités différentes pour arriver à nos fins.

J’ai aussi repris des portraits avec photoshop, mais le résultat était loin de celui d’aujourd’hui. Comme beaucoup, j’allais trop loin dans la retouche, je lissais trop les peaux ou je ne calibrais pas correctement les couleurs et les contrastes. C’est très souvent le défaut quand quand on débute dans la retouche. On fait des tests plus ou moins concluants, mais une chose est certaines … On apprend de nos erreurs.

Les capacités limités des logiciels de l’époque m’ont apprises une chose en tout cas, il vaut mieux faire le mieux possible lors de la prise de vue et ne retoucher que le nécessaire.

Mes périodes de stagnation

Pour ma part, j’ai toujours eu l’impression que ma progression ne se faisait pas de façon régulière, mais plus par pallier. Régulièrement, on a l’impression que l’on n’avance plus, que l’on stagne. Dans ces périodes, on doute, on se remet en question et parfois on en arrive à se décourager.

J’ai toujours eu pour habitude, durant ces périodes, qu’il m’arrive toujours d’avoir, de regarder d’anciennes photos datant de quelques mois, ou de quelques années et de voir que j’avais tout de même évolué.

Souvent cette impression vient du côté répétitif de nos prises de vue. A force de toujours faire le même type de photos, on a l’impression de ne pas évoluer dans notre langage photographique. Ce n’est souvent qu’une impression. Pour éviter ces périodes, le mieux est de sortir le plus souvent possible de notre zone de confort. Il faut se lancer dans des domaines de photos que l’on ne maîtrise pas. Faire des photos de sujet qui ne nous inspire pas vraiment. Cela permet d’apprendre de nouvelles techniques, de trouver de nouveaux points de vue et c’est même profitable aux sujets de photos que l’on pratique déjà régulièrement.

Les projet 52 sont de bons moyens de progresser en s’obligeant à travailler un sujet différent chaque semaine, pendant un an.

Mes première séance photo et studio

En rapport directe avec le point que j’abordais juste avant, j’ai cherché à explorer de nouveaux horizons de la photo. Une période plus stable où je n’ai pas voyagé pendant 1 an, m’a permis de trouver plus facilement des modèles et d’organiser mes premières séances photo. Comme je l’avais expliqué dans l’article « Apprenez à diriger vos modèles« , ma première séance photo avec une modèle ne fut pas un grand succès.

Je me suis lancé sans trop y réfléchir. Si je devais le refaire, je me préparais, répéterais quelques poses pour les montrer au modèle et surtout je préparais un thème ou plusieurs thèmes à la séance pour avoir une idée précise de ce que je veux obtenir comme photos, comme je le fais à chaque séance aujourd’hui.

Mon premier studio, et bien comme je le disais dans l’article sur les éclairages studio, était fait avec 4 spots de chantier avec variateurs et des panneaux avec des cadres en bois où je tendais du papier cuisson en guise de diffuseur.

Mon second studio, j’ai dut l’acheter. 4 spots de 1200 joules chacun d’une marque qui n’existe plus « Lightcube pro ». Je m’étais équipé complètement avec les spots et les modeleurs depuis la softbox au snoot. A cette époque il n’existait pas de studio tout équipé que l’on peut louer pour quelques heures, comme aujourd’hui.

résultat de ma seconde séance studio

Au départ, on progresse à chaque séance photo, surtout si l’on travail ses photos pour voir ses erreurs et qu’on les soumet à la critique.

La formation photo

Comme je vous le disais plus avant, du fait qu’internet, les forums et les réseaux sociaux, n’existaient pas quand j’ai commencé la photo, j’ai appris énormément en autodidacte en lisant des livres, en rencontrant des photographes et en analysant les résultats obtenus lors d’exercices où je jouais avec les paramètres de l’appareil photo afin de voir les différences notables.

J’ai toujours appris en autodidacte dans énormément de domaines. Je n’hésite pas à passer des jours à travailler un sujet, une technique. Je connais aussi mon matériel, car dès que j’acquière un nouvelle appareil je l’étudie, je lis totalement son mode d’emplois tout en faisant des tests pour explorer toutes ses fonctions.

Sortant de l’ingénierie informatique, avant de me lancer en tant que photographe professionnel, je souhaitais consolider mes bases et j’ai donc suivit 2 modules de formation dans un institut. Le premier module sur la composition et un module sur la profession de photographe. Photographe est un métier et il y a des choses à apprendre avant de se lancer.

Lorsque j’ai imprimé mon premier book « pro » chez l’éditeur place Robert Doisneau à Montrouge où j’habitais. Déjà je fus impressionné par les photos magnifiques exposées chez l’éditeur. Mais quand je suis revenu chercher mon book, ce dernier me demanda qui avait fait les photos de mon book. Je répondis d’une voix timide que c’était moi et il me répondit que les filles de Robert Dosineau en avaient « trouvé quelques unes pas mal« . Ce fut LA réflexion qui me lança dans ma carrière de photographe professionnel. 😉

C’est aussi pour cela que je me suis décidé à proposer des formations photo, afin de ne pas laisser seul les personnes souhaitant progresser en photo. Je suis toujours aussi heureux de voir des personnes revenir à un second ou un troisième stage photo et prendre de plus en plus de plaisir à faire des photos.

Démystifier le talent des autres

Alors que j’envisageais de plus en plus de faire de la photographie mon nouveau métier, j’étais toujours bloqué psychologiquement sur ce que je pensais de mon niveau en photo par rapport aux autres photographes. On a toujours tendance à être plus critique envers notre travail qu’envers le travail des autres. Même si beaucoup me disais que je pouvais me lancé, car j’étais près, le doute me figeait toujours dans ma décision.

Pour m’aider à passer le pas, j’ai profité des contacts que j’avais noués sur les forums, pour organiser une rencontre avec une photographe dont le travail me plaisait énormément. Cette personne fut d’ailleurs plus tard, élut meilleure portraitiste de France.

Nous avons organisé une séance photo avec une modèle. J’attendais de voir, non pas le travail de l’autre photographe que je savais excellent, mais j’attendais de cette séance de pouvoir comparer mes photos aux siennes, alors qu’elles avaient été réalisé exactement dans les mêmes conditions.

Même si j’avoue que je ne trouvais toujours pas mes photos aussi bien que les siennes, j’ai tout de même été rassuré, car la différence de qualité et de création n’était pas aussi grande que je ne l’imaginais quand on partait dans les mêmes conditions.

Aujourd’hui, en rentrant de shooting, je ne jette pas les appareils, car cela coûte cher, mais je suis toujours aussi mécomptant de mon travail. Mais c’est ce qui fait mon moteur. Cela m’oblige à toujours vouloir faire mieux, à progresser, à travailler encore et encore. C’est une très bonne motivation et cela m’interdit de stagner dans ma progression.

 

Conclusion et conseils pour progresser en photo

Ma progression se fait par paliers. Je connais des progrès plus importants dès que je sors de ma zone de confort pour essayer de nouvelles choses, sans quoi on s’endort sur ses acquis. Les concours photo sur les forums ou sur les réseaux sociaux donnent de bonnes raisons de tester de nouvelles choses.

Le partage d’idées autour de la photo, la soumission de mes photos à la critique et l’étude des photos d’autres photographes m’ont permis d’apprendre non seulement ce qu’il fallait faire, mais aussi ce qu’il fallait éviter de faire.

Moi qui ai vécu l’arrivée d’Internet, je peux vous assurer que c’est réellement un grand plus dans la progression. Internet est un outil qui offre l’accès à des milliers de sites proposant des millions de tutoriels, des formations, mais aussi des rencontres avec des passionnés de la photo. L’accès à une communauté de photographes, aux pratiques et styles très différents, est sans aucun doute le meilleur moyen pour progresser.

Lors de mes phases de doutes qui sont toujours nombreuses, il peut être utile de regarder en arrière et de se remotiver en se lançant de nouveaux défis, de nouveaux « objectifs » à atteindre.

Et vous, où en êtes vous dans votre approche de la photo ?

Tags: , , , ,
Commentaires (20)
  1. jackwilshere says:

    Tout d’abord, je tiens à vous remercier de partager ces informations utiles. J’ai surtout aimé la façon dont vous avez décrit votre idée. Cela mérite vraiment l’attention.
    Tout le meilleur
    Jack

  2. Xavier says:

    Le meilleur pédagogue photo de retour ?

    • Benoit says:

      Oui on va s’y remettre et au mois de Janvier on va relancer les vidéos 😉
      Merci pour ta fidélité Xavier, heureux de te compter dans la communauté.

  3. JC says:

    Bonjour Benoit,,

    Je suis heureux de vous revoir dans mes courriels. Il y a peu de très bon site de photo francophone ! (MPR, f1/4, studio de poche et deviens-photographe). J’espère que cette disparition des radars n’était que temporaire et que d’autres sujet suivront à nouveau. Et si c’est l’inspiration qui manque, un tours complet du monde de l’éclairage (flash, fill flash…) serait certainement bienvenu. Et pas que lorsqu’on manque de lumière , mais toutes les possibilités offertes par le flash au quotidien, par exemple.

    Cordialement

    JC

    • Benoit says:

      Merci JC pour ce message. Je te remercie pour ta fidélité et heureux de savoir que les tuto répondent à tes attentes.
      La disparition de deux ans, ne fut pas par manque d’inspiration, mais du fait d’une période difficile.

      Je prends note de ta demande pour les tuto sur les lumières et les flashs. Beaucoup me les demandent.
      En tout cas je te rassure les tutos reviennent et je vais augmenter la fréquence pour revenir à une vidéo par semaine comme avant 😉

      • JC says:

        Merci pour cette réponse !
        Espérant que ta période difficile est révolue, je suis heureux de te savoir de retour, Ménage toi tout de même ! Beaucoup trop font du contenu a un rythme effréné, alors que je suis sûr que la plupart des lecteurs assidus, préfèrent un contenu de qualité, a une quantité débordante de contenu de moindre qualité !

        JC

  4. Gérald Hallée says:

    Il y a quelques années j’ai suivi le cours Deviens photographe et j’ai bien aimé. Aujourd’hui je suis fier d’exposer mes photos et je suis très reconnaissant d’avoir suivi ce cours.
    Merci de tout coeur

    • Benoit says:

      Merci Gérald de ta fidélité, depuis presque 4 ans maintenant. Je te remercie beaucoup pour ce message très élogieux, ça me touche.
      En tout cas, heureux de voir que tu prends toujours autant de plaisir à faire de la photo.
      En tout cas je suis très heureux de te compter toujours parmi nous.

  5. jack says:

    bonjour.

    Content de vous voir réapparaître dans mes mails. j’ai beaucoup appris avec vos tutos .
    Grace à vous je me suis améliorer et j’ai pris confiance .

    merci . vraiment

    • Benoit says:

      Merci Jack pour ta fidélité et promis on va augmenter de nouveau le nombre d’articles et de vidéos, pour revenir à la normale.

  6. Suzane Naas says:

    Merci pour cet article très intéressant…et pour les autres!!!

    • Benoit says:

      Merci Suzane pour ton message. heureux de te lire

  7. Jean-Marc Gallaire says:

    Content d’avoir de nouveau de vos nouvelles.
    Comme d’habitude un très bon article, BRAVO et merci pour tout ce que vous m’avez apporté.
    Je m’efforce de mettre en application vos conseils plus que pertinents et je vois le résultat.
    Je vous souhaite le meilleur pour la suite et hâte de vous lire, vous voir et pourquoi pas vous rencontrer.

    • Benoit says:

      Merci Jean-Marc pour ta fidélité et heureux d’apprendre que les tuto t’aides.
      Pour une rencontre, il est vrai que je n’ai pas été au salon de la photo ces deux dernières années, mais ayant mis ma chaine en repos, je ne voyais pas ce que j’aurais put y faire.
      En tout cas promis on va s’y remettre.

  8. Stéphane says:

    Bonjour Benoit
    Comme d’habitude un très bon article.
    J’ai beaucoup appris sur internet, mais maintenant tout le monde publie des tutos sans avoir forcément les compétences en photographie. J’essaie de mettre en pratique vos conseils, toujours simples et à la portée de l’amateur que je suis, et je regarde aussi les tutos de Tom Migot.
    J’espère que vous publierez d’autres tutos prochainement.

    • Benoit says:

      Merci Stéphane pour ton nouveau message, c’est toujours un plaisir de te lire.
      Tu me fais penser que ça fait un moment que je n’ai pas eu de nouvelles de Tom … il faut que je le bip 😉
      promis, des vidéos, il va y en avoir d’autres 😉

  9. Zeff says:

    Bonjour Benoît, je vous suis depuis quelques 3 ans maintenant, c’était lors de mon redémarrage en photographie avec un Nikon D7200 en juillet 2006,j’ai chercher sur le net et je vous ai trouvé, vos tutoriels mon bien aidés pour progresser…
    J’ai acheté mon zénith en 1984 lors de mon année militaire. Le coût des photos argentiques m’a calmé…
    J’ai repris des années après avec quelques petits appareils numériques comme le minolta 2m pixel.
    Maintenant je fais des photos pour la boutique de fleurs de ma femme, et comme vous, je ne suis pas très satisfait des photos que je retouche avec lightroom pour être plus présentable…
    Merci pour votre travail en espérant vous lire un peu plus.
    Zeff

    • Benoit says:

      Merci Zeff pour ton message. Heureux de te compter dans la communauté et j’espère que tu y trouveras ce que tu cherches.
      N’hésite pas à nous rejoindre sur Facebook

  10. van binneveld says:

    Très bel article
    Du travail en perspective
    Mais pourquoi pas

    • Benoit says:

      merci pour ton message … Amuse toi bien alors ! 🙂

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Cours photo

Le photographe du blog

Portrait de Benoit Thibaudeau
1971-11-02
2013-03-11
Benoit Thibaudeau
Photographe
Spécialiste mariage / Studio et publicité

Deviens Photographe

      Le site : www
      Cours sur Internet : cours
      Le blog : Blog

Dream Photos - Studio

      Le site : www       Le blog : Blog
Son mail :
Tel : 06.70.02.31.27
Mr. Benoit Thibaudeau
27 bis rue Louis Rolland
92120 Montrouge,
Haut de Seine - FRANCE

Newsletter

Sur les Réseaux

Rejoignez moi sur Youtube