Header widget area left
Header widget area right
Viewing posts categorised under: Tutoriel photographe professionnel

Je veux devenir photographe !!! 2/7 – Les formations

Ecrit par Benoit in Tutoriel photographe professionnel | 10 comments

27.11.12
Article sur le métier de photographe

Dans ce second volet, comme nous l’avons abordé lors de la première partie de ce dossier complet sur le métier de photographe, je vous propose de voir en détail en quoi correspond ce métier.

Contrairement à ce qu’une personne m’a dit un jour, le métier de photographe ne se limite pas à appuyer sur un bouton. La photo est un secteur qui bouge beaucoup depuis un peu moins de 10 ans, depuis que le numérique commence à ce vulgariser et donne à tout à chacun l’occasion de faire des photos facilement.

Même s’il est très motivant de vivre de sa passion il ne faut pas oublier que les personnes qui font appellent à un photographe, lui font confiance pour immortaliser des moments importants de leur vie et il faut prendre cette responsabilité à sa juste valeur.

Les formations pour devenir photographe

Il existe plusieurs formations qui vous permettront d’apprendre le métier de photographe.

Le CAP photo

Ce diplôme d’État de niveau V, vous permettra d’apprendre le métier de photographe en 2 ans. Ces études restent générales et ne propose pas une spécialisation. Mais vous y aborderez beaucoup de facettes du métier de photographe.

Le BTS photographie

Ce diplôme de Bac +2 vous permettra aussi de vous spécialiser dans la PAO, la retouche d’image et toute la chaine graphique. Vous y aborderez aussi des compétences annexes au métier de photographe indépendant comme la comptabilité, l’aspect commercial de ce métier et la gestion d’un projet de A à Z.

Les écoles supérieures publiques

Ces quelques écoles supérieures vous permettront d’obtenir un Bac + 5. Pour y entrer il est quasi indispensable de posséder un Bac + 2 dans le domaine de l’image.

  • L’École nationale supérieure Louis Lumière : Cette école est publique et est spécialisé dans la formation des métiers du son, du cinéma et dans le cas qui nous intéresse de la photo numérique et Argentique.
  • L’École nationale supérieure des arts décoratifs (EnsAD) est une grande école artistique publique fondée au XVIIIe siècle, située à Paris. Elle est considérée comme l’une des plus prestigieuses écoles d’arts et jouit d’une renommée internationale. Son concours est l’un des plus difficiles. Mais elle possède aussi d’autres établissements à Strasbourg et Lyon.
  • L’École nationale supérieur de la photographie d’Arles (ENSP). Ce troisième institut public forme en trois ans des photographes dans les domaines artistiques, techniques, historiques et théoriques. Comme pour le premier établissement, cet institut est aussi spécialisé dans les métiers de l’audiovisuel.

L’École des Beaux-arts

L‘école des beaux arts de Paris, Lyon, Bordeaux ou Rennes (ENSBA) possède aussi une forte renommée. Mais les places sont rares et les prétendants sont nombreux. Sans une formation de BAC + 2 dans le domaine de l’audio-visuel vous n’avez aucune chance de réussir le concours d’entrée.

Même si les diplômes ne sont pas obligatoire pour vous installer en tant que photographe professionnel, je vous conseillerais de suivre un minimum de formation pour maîtriser la technique photographique, mais aussi la gestion des projets et de votre entreprise. Si vous souhaitez réaliser des photo en studio, apprenez la technique spécifique à cette pratique.N’hésitez pas à suivre des cours photos soit par correspondance, soit dans les institut publics ou encore en suivant des stages photos.

N’oubliez pas que des personnes vont vous faire confiance pour immortaliser des moments importants de leur vie.

Il vous faudra aussi connaître les spécificités du droit relatif à la photo. Le droit à l’image, les droits d’auteurs, … Mais aussi suivre l’évolution de marcher quant à la vente des droits d’auteur pour les diverses publications, revue, site Internet, publicité, …

Les secteurs d’activités des photographes indépendants


La photographie est un secteur d’activité qui touche beaucoup de secteurs différents. Depuis le photographe spécialisé dans la photo de mode ou de publicité au photographe spécialisé dans la photo animalière, en passant par le photographe spécialisé dans la photo des monuments historiques, celui qui est spécialisé dans les photos artistiques que ce soit sur des sujets humains, animaliers ou encore des paysages, les photographe journalistes, il y a énormément de secteurs et je dirais même de plus en plus de secteurs ou la photo peut devenir un métier.

La grande majorité des photographes indépendants développeront leur activité en tant que photographe contractuel, pour des évènements privés (Mariage, baptême, photo d’entreprise, …) ou publique.

Mais dans la grande majorité des cas le photographe devra au moins posséder une double compétence en tant que photographe, mais il doit aussi posséder des compétences dans le domaine qu’il doit mettre en photo. Je ne vous conseille pas d’aller prendre des photos des fauves au milieu de la savane dans connaître les risques et les méthodes d’approches les plus sécurisées ;o).

Pour ne citer que lui Yann Arthus-Bertrand, avant d’être le photographe défenseur de l’environnement que l’on connait a commencé, après une courte carrière d’acteur, comme directeur d’une réserve naturelle puis il est parti avec sa femme vivre au Kenya dans le parc national Massaï Mara pour étudier le comportement d’une famille de lions qu’il photographie chaque jour pendant trois ans. C’est durant ces années de gestion de réserve naturelle et d’étude du comportement des fauves qu’il à appris à mettre en photo la nature tel qu’il le fait aujourd’hui.

Jean-Paul Goude qui est un des grands spécialiste de la photo publicitaire a commencé comme illustrateur pour la chaine Printemps, puis il a évolué vers le monde de la photo. Son premier métier d’illustrateur est présent dans ses photos.

Bref vous l’avez compris pour devenir photographe, il vous faudra très souvent avoir une double voir triple compétences pour pouvoir maîtriser la photo dans le domaine où vous souhaitez développer votre activité. Je dirais même qu’il faut d’abord maîtriser le secteur d’activité dans lequel vous allez développer votre activité photographique. Il vaudrait mieux que vous maîtrisiez la plongée avant d’aller prendre des baleines en photo.

Vous allez me dire que vous souhaitez juste prendre des contrats pour réaliser des photos de mariage, d’enterrement de vie de jeune fille, d’entreprise, … bref une activité de photographe Généraliste. Même si la formation est peut-être moins spécialisée, connaissez vous toutes les caractéristiques et le déroulement des mariages des différentes confessions que vous allez immortaliser pour ne rien louper ? Savez-vous mettre en valeur une activité professionnelle, comment mettre en valeur l’image d’une entreprise selon le message que cette dernière veut faire passer ? Non ?

Le photographe, un entrepreneur avant d’être artiste


Comme nous l’avions abordé dans le premier article de cette série, avant d’être un artiste un photographe professionnel surtout indépendant (freelance) se doit avant tout de savoir gérer son activité. C’est LA différence entre le photographe « amateur » et le photographe professionnel. Ce dernier doit en vivre. Il doit être productif.

Le travail sur le terrain ne représente qu’une partie de l’activité de photographe indépendant. La plus grande partie des photographes ne sortent même pas des labos. Les retoucheurs, les techniciens de laboratoires photo, …

Les photographes prestataires employés par une ou plusieurs entreprises pour réaliser des photos minutieuses, scientifiques ou qui permettront de constituer une base de données d’art, devront faire preuve de minutie et précision  dans la prise de vue, mais ils devront aussi savoir archiver méthodiquement leurs clichés.

Le photographe doit souvent être le conseillé technique. Tout comme le directeur photo dans le domaine du cinéma sert d’interface technique entre le réalisateur et l’équipe technique, le photographe devra maîtriser parfaitement le domaine de la photo pour conseiller ses clients et obtenir le meilleur résultat dans la publicité, la photo d’entreprise, …

Mais le photographe indépendant devra aussi être commercial, comptable, il devra établir la gestion des risques, mener un projet technique dans des domaines différents. Pour réaliser le panoramique d’un arbre millénaire de plusieurs centaines de mètres, le Magazine Géo à monté un projet de plus d’un an avec une équipe de 4 à 5 personnes qui a dû résoudre des tas de problèmes technique et créé des mécanismes permettant de réaliser la photo finale. Pour un tel projet le photographe, responsable de la réalisation a dû réaliser un projet complet depuis le choix des techniciens, le budget, le plan de déroulement du projet, … bref un vrai travail d’entrepreneur avant de réaliser la photo qui fut une petite partie du projet.

Le salaire du photographe indépendant

Extrêmement variable, même si certains photographes peuvent vivre largement de la vente de leurs photos, beaucoup possèdent deux métiers pour arrondir les fins de mois.

Le salaire moyen des photographe ne dépasse pas 20% au-dessus du SMIC. Beaucoup de photographes, réalisent des travaux de graphistes, ou des sites internet ou même ont des métiers complètement différents de leur métier de photographe.

Donc l’appât du gain ne doit surtout pas être LE motif dans le choix du métier de photographe. Surtout dans vos début où il vous faudra vous construire un panel de clients. La réputation d’un photographe se fait aussi beaucoup par le bouche à oreille.

Conclusion

  • A retenir, le photographe doit très souvent posséder une double compétence.
  • Le salaire ne doit pas être le principal élément de choix pour devenir photographe.
  • Formez vous bien avant de lancer votre activité.
  • Prenez votre métier au sérieux, car vos clients vous feront confiance pour immortaliser des moments importants de leur vie.
  • La photo ne se limite pas à appuyer sur un bouton, il vous faudra maitriser la technique photographique.

Mais rappelez vous que vivre de sa passion est une chose que beaucoup de gens souhaiteraient pouvoir faire 😉

Je veux devenir photographe !!! 1/7 – Cassons les mythes

Ecrit par Benoit in Tutoriel photographe professionnel | 18 comments

22.11.12
Article sur le métier de photographe

Ces derniers temps, durant les cours photos que je dispense, mais aussi lors de divers rencontres ou même des discutions sur Internet, beaucoup de personnes me demandent :

Je voudrais devenir photographe, mais je ne sais pas si j’ai le niveau, ni ce qu’il faut comme matériel, ou s’il faut un diplôme, …

Si des photographes talentueux comme Robert Doisneau, Robert Capa, Yann Arthus-Bertrand, Henri Cartier-Bresson, Philip Plisson, David Seymour, David Hamilton, Helmut Newton, Philip-Lorca DiCorcia, … ont tous laissé leur nom gravé dans le monde de la photo,  est-ce possible pour tout le monde ?

Je vous propose de voir ce sujet très vaste en sept articles dont la logique sera la suivante :

Cassons les mythes

Voici quelques mythes que je souhaite faire tomber. J’ai entendu beaucoup de choses un peu partout et surtout beaucoup de fausses idées.

  • La carte professionnelle de photographe n’existe pas. C’est une carte de presse, donc seuls les photographes travaillant pour la presse ont une carte professionnelle, mais pas parce qu’ils sont photographes, parce qu’ils sont journalistes.
  • Beaucoup de métiers comme les médecins, les avocats, les pilotes, … demandent des diplômes, car des vies sont sous leur responsabilité.
    Aujourd’hui, pour devenir photographe professionnel, aucun diplôme spécifique n’est demandé.
  • Le photographe n’a pas de devoir de réussite. La photographie est un art. Le photographe se doit de respecter ses contrats, mais il n’est pas possible d’exiger de lui une qualité ou un type de photo précis. La qualité d’une photo est subjective et il est donc difficile de se plaindre du résultat des photos. Mais cela entraine que les gens voudront voir les photos avant de signer avec un photographe, on y reviendra dans l’article V.
  • Les photographes draguent les modèles (enfin ça c’est pour rester correcte par rapport à ce que l’on entend). Oui bien entendu et les pilotes et les pompiers ne savent plus quoi faire de leur fan, les infirmières sont nues sous leurs blouses, les plombiers …. enfin bref vous m’avez compris. Il ne faut pas confondre la réalité et les fantasmes qui nourrissent les légendes urbaines. Cette légende m’énerve au plus haut point, car cela pose problème aux jeunes photographes talentueux qui cherchent des modèles pour augmenter leur book.
  • Un photographe est aussi agent de mannequinFAUX, c’est même interdit par le code du travail. Mais si vous souhaitez plus de détails sur le métier de mannequin, d’agence de mannequina et des agents de modèles je vous renvois vers les 3 dossiers complets que j’ai écrit sur le sujet il y a déjà quelques temps [ ICI ]

Parlons franchement

La première chose à comprendre, « être photographe » est un métier. Ne pensez pas que vous y arriverez simplement la fleur au bout de l’objectif. La différence entre un photographe amateur et un photographe professionnel n’est pas la qualité des photos, mais le photographe professionnel vit de la photographie, il doit donc être productif.

Avant d’être photographe professionnel, un photographe est un entrepreneur. Il vous faut gérer votre activité professionnelle. N’hésitez pas à suivre les formations nécessaires comme pour la comptabilité, le droit à l’image, l’édition, …

Maîtriser la photo n’est pas suffisant pour être photographe professionnel. Le photographe doit aussi savoir vendre ses services. Pour cela il faut avoir un bon contact client et connaitre les techniques de ventes. Prenez en compte que le métier de photographe à beaucoup évolué c’est 15 dernières années. Avec l’avènement du numérique, la photo c’est réellement développée, mais la concurrence aussi. Donc savoir se vendre est important.

L’informatique est une chose qu’un photographe doit connaitre pour travailler ses photos, mais aussi pour les classer, les archiver pour les retrouver facilement. On peut faire appel à des informaticiens pour notre installation, mais il faut savoir l’utiliser quitte à ce former pour cela.

Internet est souvent l’outil oublié des personnes désirant se lancer dans la photo. De nos jours c’est un média très important et maîtriser. À moins de faire appel à une entreprise spécialisée ce qui représentera un budget important, surtout au lancement. Il est préférable de suivre une formation sur l’utilisation d’internet, le référencement, l’utilisation des réseaux sociaux, …

Un site/blog est obligatoire pour un photographe dans le monde de la photo d’aujourd’hui. Les clients choisissent de plus en plus de services et de produit tranquillement de puis chez eux sur Internet. C’est donc un outil qu’il vous faudra maîtriser pour que votre site soit correctement référencé, quitte à suivre une formation pour cela.

Lectures que je vous conseille

Pour préparer ces articles en plus de mon expérience personnelle, je me suis appuyé sur les ouvrages suivants qui sont facile à lire, mais très bien conçus par deux experts en la matière.

« profession photographe indépendant »

Un très bon livre écrit par « Éric Delamarre », photographe indépendant et formateur en gestion dans plusieurs écoles de photographie. Il y détail les statuts sociaux et fiscaux du photographe et les démarches pour ce déclarer (très complet), mais aussi les méthodes dévaluation de votre travail pour estimer le prix des cessations de droits d’auteurs. Il y aborde aussi comment démarcher vos clients, comment valoriser votre activité … bref un bel ouvrage sur le métier du photographe d’aujourd’hui.

Personnellement j’ai acheté la version numérique [ ICI ]

« Vendre ses photos »


Le livre d’une avocate et blogueuse et auteur-photographe dont vous pouvez trouver un lien vers son blog dans le menu à droite de mon blog et ceux depuis un bon moment déjà, « Joëlle Verbrugge ». Je trouvais que sur son blog qu’elle avait une facilité à vulgariser les termes juridiques afin que nous, pauvres mortels, nous comprenions enfin les textes de loi autour du métier de photographe alors quand elle me dit qu’elle avait sortit un nouveau livre je me suis empresser de l’acheter …

Joëlle Verbrugge dresse un panorama des modes de diffusion de vos photos, et ce quel que soit votre statut, amateur, artisan, auteur ou photo-journaliste. A l’aide d’exemples pratiques et illustrés le livre trace les limites de chaque statut, et aborde les aspects fiscaux et comptables. elle offre une aide au choix d’un statut professionnel en tenant compte des éventuels cumuls d’activités et donne des pistes pour trouver de nouveaux modes de diffusion et fixer le prix de vos photos. D’importantes notions comme celle de tirage original sont en outre passées au crible.

Vous pouvez retrouver son livre [ Vendre ses photos, 3ème édition augmentée ] Et franchement, pour moins de 27.55€ j’y ai encore appris pas mal de choses.

Conclusion de ce premier volet

La chose à retenir aujourd’hui est que photographe est un métier. Toutes les personnes qui ne font pas distinction entre un photographe qui fait de la photo uniquement comme passe-temps et un photographe professionnel qui vit de sa passion, risquent de vite de déchanter.

Le métier de photographe ne s’arrête pas à prendre des photos, plusieurs compétences annexent sont nécessaires, je dirais même indispensables.

Mais photographe est un très beau métier où l’on croise beaucoup de gens différents, où le contact humain est souvent nécessaire et où on est souvent appelé pour immortaliser les meilleurs moments de la vie des gens et ça, ça justifie tous les sacrifices. Par contre, c’est aussi une responsabilité à prendre au sérieux. Si un couple vous faire confiance pour son mariage, c’est une lourde responsabilité qui ne laisse pas de place à l’amateurisme.

Dans le second post sur ce sujet « Je voudrais être photographe », nous aborderons les différentes facettes du métier de photographe.

Retouches beauté Photoshop sans lisser la peau

Ecrit par Benoit in Tutoriel photographe professionnel | 49 comments

11.06.12

Bien souvent le résultat des retouches de la peau n’est pas du meilleur effet. On voit trop souvent des résultats très lissés où tous les ports de la peau ont disparu.

Je trouve que cet effet est désastreux et cette peau en plastic n’est vraiment pas du meilleur effet.

Je vous propose de voir dans ce tutoriel une retouche beauté Photoshop, comment retoucher la peau des modèles de vos photos d’une façon professionnelle. Le résultat sera surtout impressionnant sur les gros plans comme vous le verrez dans ce cours de retouche photo.

retouche de la peau avec photoshop sans lisser

La version en plus grand format pour bien voir la différence [ ICI ]

Retrouvez les vidéos en bas de l’article.

Objectifs de ce cours photoshop

Dans ce nouveau cours de retouche beauté Photoshop je vous propose d’apprendre :

  • A ne travailler uniquement que sur une seule couche des couches RVB. (ici la couche bleue)
  • A créer et utiliser un masque d’écrêtage. (comme au chapitre X)
  • A créer un masque de courbes.
  • A utiliser l’outil correcteur avec un échantillonnage.
  • A Utiliser l’outil tampon pour supprimer les partie brillante du visage.
  • A utiliser l’outil de dégradé pour éclaircir légèrement les yeux.

Explications

Bien souvent les visages sont trop lissés car, pour effacer les défauts, les gens qui retouchent les portraits suppriment tous les détails de la peau.

Suppressions des défauts de la peau

Je vous propose ici de supprimer les défauts sur une seule des couches RVB en la lissant, mais en laissant les détails sur les deux autres couches. Comme vous pouvez le constater sur l’image juste dessous, la couche bleue laisse apparaitre plus de détails et plus de défauts au niveau de la peau. On va donc lisser la couche bleue des  couches RVB.

Amplifier les traits de la peau

Ensuite, une fois la couche bleue lissée pour supprimer les plus gros défauts de la peau, nous amplifierons les traits de la peau restant sur les couches Rouge et Verte des couches RVB, pour faire apparaitre d’une façon naturelle les ports et plis de la peau. Pour cela nous utiliserons le filtre « passe haut ».

Suppression des zones de surbrillances de la peau

Une fois que la peau sera propre, débarrassée des défauts que l’on a tous, tout en gardant le naturel de la peau, on va supprimer les surbrillances du nez, des pommettes et du point de croix. Pour cela nous utiliserons l’outil « Tampon » de Photoshop avec un mode « obscurcir » ou « éclaircir » selon que l’on veuille assombrir ou éclaircir les parties de la peau du visage, sans dégrader la qualité de la peau.

Éclaircir les yeux

Enfin pour finir je vous montrerais comment éclaircir les yeux sans que cela se voit, pour que le résultat reste naturel.

Pour cela nous utiliserons l’outil dégradé et un masque de fusion.

Sources du cours de retouche

Aucun si ce n’est une de vos photos

Les vidéos du cours Photoshop

Voici les deux vidéos du tutoriel. Si vous souhaitez voir vraiment une différence et profiter pleinement du tutoriel passez la qualité en HD pour une meilleure appréciation de la qualité de la retouche.

Vidéo 1 : Comment retoucher la peau sans la dégrader ou la lisser.

Vidéo 2 : Comment supprimer les zone surbrillance de la peau et mettre en valeur les yeux

Photo haute Vitesse – la méthode professionnelle

Ecrit par Benoit in Tutoriel photographe professionnel | 15 comments

20.04.12

photo haute vitesseVous avez sans doute déjà vu des dizaines de photos impressionnantes de ballons de baudruches qui explosent avec l’eau figée en l’air, ou encore une pomme qui explose lors du passage d’une balle de révolver.

Comment arrive-t-on à faire ce genre de choses. Comment réussir à figer un mouvement aussi rapide avec un reflex ?

Je vous propose de voir dans ce tutoriel la base de cette méthode.

Pour que chacun de vous puisse le tester, je vous propose d’immobiliser un glaçon entrant dans l’eau.

 

.

Les limites du matériel

Le problème quand on veut figer des évènements aussi rapides qu’un glaçon qui tombe dans l’eau ou encore plus d’une balle de révolver qui traverse un papier, c’est qu’il faut de la lumière car la photo est extrêmement rapide.

Il faudrait, régler la vitesse de votre appareil photo à 1/1000s voir 1/2000s. Le seul problème est qu’à cette vitesse là notre reflex ne peut pas utiliser de flash. Je vous renvois vers l’article des limites de vitesse pour la prise de photo au flash avec un reflex. (ici)

Alors, comment faire ? Utiliser des lumières continues assez fortes ?

Le problème est qu’il faut tout de même un temps de pose variant à une vitesse maximum allant de  1/180s et 1/250s, selon les reflex, pour que le capteur soit complètement découvert et que les rideaux ne soient pas devant le capteur au moment où l’évènement, qui ne dure que quelques fractions de seconde, se produit. Sans quoi, si le capteur n’est pas totalement découvert au moment précis de l’évènement, l’image ne sera pas bonne.

Pour ce genre de photo, si vous réglez le temps de pose de la photo à une vitesse plus rapide que la limite de vitesse de vos rideaux pour que le capteur soit entièrement découvert, chaque partie du capteur sera découvert les uns après les autres et du coup l’évènement qui ne dure qu’un 1/1000s, voir moins, ne sera présent que sur une petite partie du capteur et donc de la photo.

Par exemple, prenons un reflex dont la vitesse maximale des rideaux pour découvrir le capteur en entier soit de 1/200s. Si l’évènement à prendre en photo est, par exemple, une balle de révolver qui traverse une pomme, donc un évènement qui ne prend pas plus 1/1000s, en admettant que vous déclenchiez votre APN juste au bon moment seul 1/5 de la surface de la photo contiendra l’évènement (la partie du capteur découverte au moment de l’évènement), le reste de la photo sera avant ou après, mais pas au bon moment.

On n’a qu’à faire une pause longue, me direz-vous. Par exemple un temps de pose d’1/200s ou d’1/100s voir un temps de pose plus long avec une lumière continue, comme ça le capteur sera entièrement découvert au moment de l’évènement qui ne dure qu’ 1/1000s et la lumière sera suffisante. Dans ce cas il y a deux problèmes majeurs.

Le premier, il faudra déclencher l’appareil photo juste 1/200s de seconde avant l’évènement de façon à ce que le premier rideau est fini de descendre et découvre entièrement le capteur au moment de l’évènement. De plus il faudra que l’évènement qui dure 1/1000s se passe avant que le second rideau ne commence à recouvrir le capteur. Pas facile à calculer.

Le second problème est que si votre capteur est exposé à la lumière avant, pendant et après l’évènement, avec un temps de pose qui est plus long que le temps de l’évènement lui-même et avec une lumière continue, tout le mouvement sera mémorisé.  Du coup on aura un mouvement flou puisque, par exemple un glaçon tombant dans un verre d’eau sera mémorisé avant, pendant et après être arrivé dans l’eau, donc le glaçon et les gouttes d’eau seront floues.

 

La méthode

Comme on l’a vu juste avant, il faut que l’on arrive à exposer le capteur de notre réflex dans sa totalité à la lumière au moment précis de l’évènement, ni plus ni moins.

Alors que ce passe-t-il si je fais une photo dans un environnement entièrement noir, sans aucune lumière ?

Le capteur, dans ce cas n’a rien à figer (ou la pellicule) et dans ce cas on va se retrouver avec une photo noire. Maintenant imaginons que nous déclenchions un flash, suffisamment puissant pour figer l’évènement et de la même longueur en temps que l’évènement lui-même et pile au même moment.

Avant le flash les photosites du capteur ne verront que du noir et ne mémoriseront rien. Idem après le flash. Donc vous avez compris qu’à partir de là, le temps de pose n’est plus un problème.

Imaginons que vous preniez un temps de pose de plusieurs secondes dans une pièce entièrement noire. Le capteur sera exposé pendant plusieurs secondes et du coup le problème des rideaux ne se pose plus.

Du coup il ne reste plus qu’à synchroniser le flash avec l’évènement. Et la photo ne sera que le résultat de ce que les photosites des cellules de mon capteur auront « vu » durant le temps très court que dure le flash.

Le temps d’éclair des flashs est variable selon les marques et les modèles. Mais on va  dire que les flashs les plus courants ne dure qu’1/1000s. Donc on aura une photo qui dure 1/1000s avec un capteur entièrement exposé à ce moment-là à la lumière.

 

Le flash

Comme on vient de le voir il suffit donc de déclencher un flash au moment de l’évènement. Pour cela 3 possibilités.

Soit vous êtes très bon et vous êtes capable de déclencher le flash au moment ou la balle traverse la pomme.C’est encore faisable pour des évènements comme une chute d’un objet. Mais il faudra en faire plusieurs pour arriver à une bonne photo.

Soit on utilise un circuit intégré qui va déclencher le flash au moment où l’évènement se produit, comme un son ou un objet qui passe devant un déclencheur.

Je ne vous donnerais pas ici ce genre de mécanisme, car ce n’est pas le but de l’article, mais vous pouvez vous référencer entre autre à ces articles :

Ou alors avec de l’imagination, selon ce que vous prenez en photo, vous pouvez créer un système mécanique comme un bouton poussoir qui déclenche votre flash au bon moment.

Par exemple pour une fraise qui projette du lait ou du sucre en tombant dans une cuillère, fixer la cuillère sur un support, à la moitié du manche de la cuillère. La fraise en arrivant dans la cuillère fait basculer légèrement celle-ci et, par mouvement de bascule, l’extrémité du manche de la cuillère presse un bouton déclenchant le flash.

 

Exemple de photos

Voici quelques exemples d’un glaçon tombant dans un verre d’eau.

Le matériel :

  • Le fond en papier noir
  • Le verre en verre 😉 (libre à vous de prendre du cristal de baccara, mais si le glaçon cogne contre le verre, la photo vous reviendra à cher).
  • Des Glaçons fait de Glace 😉
  • L’APN un Canon 5D Mark II
  • l’Objectif canon 70-200mm f2.8 l usm
  • Le Flash ELINCHROM Ranger RX Speed AS 1100 joules + torche Free Lite S couplé à un parapluie

Les données de la photo sont les suivantes :

  • Reflex En mode manuel
  • Temps de pose 15 secondes (donne le temps de prendre le glaçon dans le noir, trouver le verre dans le noir, lâcher le glaçon et déclencher le flash)
  • ISO 100
  • Balance des blancs 5500K
  • Mode verrouillage miroir activé pour supprimer les vibration du mouvement du miroir
  • Déclenchement par télécommande

L’objectif

  • Réglé sur 100mm
  • Distance réglée à 1,4m
  • Focus manuel
  • Ouverture f/8 pour avoir une bonne profondeur de champs
  • Stabilisateur désactivé pour éviter les vibrations du moteur du stabilisateur

Le flash

  • Sur trépied, quasi au dessus du verre, dirigé vers le plafond (en face ou de 3/4 avant on le voyait trop dans le verre).

Le déclenchement de l’APN une fois toutes les lumières de la pièce éteinte.
Mesure dans le noir de la position du verre et lâché du glaçon avec déclenchement du flash à distance au moment où le glaçon pénètre l’eau

photo haute vitesse au flash

Le glaçon cogne contre le bord du verre

photo haute vitesse au flash

photo haute vitesse flash

D’autres exemples

photo éclat haute vitesse impact
photo haute vitesse au flash

Comment Retoucher ses photos

Ecrit par Benoit in Générale, Tutoriel photographe professionnel | 3 comments

07.01.12

Faut-il retoucher ses photos ?

Il existe toujours un débat entre les photographes « puristes » et les autres sur le fait qu’il faut ou pas retoucher les photos.

Je dirais que chacun des parties à des arguments défendables et que les deux positions peuvent se défendre.

Pour ma part je trouve que les retouches des photos sont une partie intégrante de la photo. Mais je ne suis pas un fan des retouches extrêmes, sauf si cela apporte un plus à la photo. Les personnes dont la peau ressemble à du plastique ou encore les effets « quiche », je ne suis pas pour.

La retouche photo à toujours existé. Au moment de l’argentique on le faisait déjà. Les photos étaient développées en plusieurs fois pour récupérer les contrastes trop fort entre les parties sombres et clairs de la photo. On utilisait des choses comme des spatules du blanc au noir, en passant par toute une gamme de gris, pour modifier l’exposition de parties des photos que l’on voulait assombrir ou éclaircir. Certains allaient jusqu’à colorier les négatifs. On pouvait aussi obtenir des effets en appliquant des « traitements croisés » comme la photo ci-dessous.

[menu]

Liste des tutoriels du blog

[/menu]

 

simulation de traitement croisé

 

Je trouve que pour cette photo, qui ne contenait pas suffisamment de contrastes pour faire un beau noir et blanc, le traitement croisé apporte un plus et fait partie intégrante de la photo.

Maintenant c’est à chacun de juger et apprécier le traitement qu’il veut appliquer à ses photos et jusqu’où il pense nécessaire la retouche pour arriver à la photo finale qu’il souhaite obtenir. Comme on le dit dans la philosophie Zen : « seule la destination finale compte, peu importe le chemin emprunté pour y arriver ». 😉

Mais sincèrement quelle jeune femme vous en voudra de lui avoir supprimé un bouton qui aurait apparu la veille de la séance photo ? Ou encore le fait de supprimer les yeux rouges n’est pas une retouche de la photo ? Pourtant il est plus agréable de ne pas avoir que des photos de soirée ou vous êtes uniquement avec une bande d’albinos. 🙂

Exemple de retouche

Prenons cette photo originale :

 

photo de mode non retouchéeAperçu

Voici donc la photo d’une demoiselle somme toute magnifique, prise en studio. Mais vous allez voir qu’avec juste un peu de retouche, le résultat peut passer d’une photo réussie à une photo professionnelle.

Voici les défauts que je retoucherais sur la photo ci-dessus :

 

exemple de retouche photo

 

  • Les repères de 1 à 7 : la peau des jeunes gens a toujours quelques infimes imperfections tel que des boutons ou des marques du fait qu’une peau vit, tout simplement. De plus pour cette séance, Armelle n’avait pas eu un maquillage très poussé. Le maquillage nous permet habituellement de gommer toutes ces petites imperfections que toutes les peaux ont. Même si en prenant de l’âge ces imperfections ont tendance à s’amplifier. Il y en a d’autres mais je me suis arrêté là pour le surlignement, même si j’ai retouché ensuite toutes les imperfections de la peau.
  • Le repère 8 : est une légère cerne. Même si elle est minime du fait du jeune âge de la demoiselle.
  • Le repère 9 : C’est le dossier du siège qui apparait comme un trait flou.
  • Le repère 10 : C’est la bretelle du soutient-gorge qui apparait hors de la robe et qui est disgracieux.
  • Le repère 11 : Les genoux ne sont pas forcément les parties du corps les plus harmonieuses. Ici j’ai fait quelques modifications en lissant les couleurs des jambes et en diminuant quelque peu les traits des articulations.
  • Le repère 12 : Le médaillon, du fait des flash en face, projette une ombre sur le bras d’Armelle.
  • Le repère 13 : Le siège ici me gênait par rapport au résultat final de la photo que je souhaitais obtenir.
  • Le repère 14 : Du fait de la profondeur, la poitrine est mal  éclairée et parait un peu plate. Je l’ai donc retouché pour lui redonner le léger volume quelle à en vrai.
  • Repère 15 & 16 : Les yeux ont été aussi retouchés. Même s’ils sont magnifiques au naturel, sur la photo ils manquent de « pêche » de contraste. De plus l’oeil gauche (repère 16) est légèrement plus sombre du fait des cheveux qui couvrent la lumière, je l’ai donc légèrement éclairci.
  • Repère 17 : J’utilise un Canon 5D Mark II. Dans le viseur nous ne voyons pas entièrement la photo finale. Du coup si vous regardez bien on voit légèrement le bras droit d’Armelle sur le bord gauche de la photo. Il sera supprimé car c’est disgracieux sur la photo.
  • Enfin, mais je ne pouvais pas mettre de repère pour cela, j’ai ajouté du contraste sur la photo ce qui fait que la peau sera plus belle, plus vivante. Nos appareils photo ont une plage dynamique plus petite que nos yeux et du coup les contrastes sont plus forts que ce que l’on voit.

Retouche photo du visage :

Vous pouvez voir sur la photo ci-dessous les modifications réalisées sur le visage en plus gros plan :

Les petites imperfections de la peau gommées et le contraste des yeux a été augmenté afin de faire ressortir les traits de ces derniers et les mettre en évidence. Enfin le fait d’augmenter les contrastes de la peau permet aussi de la rendre plus harmonieuse et plus « pêchue ». Ici la peau est légèrement trop claire sur la photo retouchée mais cela vient du fait que sur Internet on est obligé d’appauvrir la qualité des photos pour qu’elles soient moins lourdes, sans quoi le temps de chargement des pages Internet serait trop long.

retouche du visage avec photoshop

 

La photo retouchée :

Voici, côte à côte, la photo originale et la photo retouchées. Vous pourrez constater que les petites modifications font la différence, même si elle ne sont pas exagérées.

Ici, malheureusement la qualité finale est dégradée du fait que sur Internet on allège les photos pour que les pages des sites soient plus faciles à charger.

photo retouchée avec photoshop

La photo finale

Enfin je souhaitais singulariser la photo en ajoutant un texte. Du fait de l’expression détachée d’Armelle sur cette photo, je trouvais qu’une expression comme « Foutez moi la paix » collait bien à cette photo.

J’ai pris la photo en serrant sur Armelle afin d’avoir la meilleure qualité des traits. J’aurais put prendre la photo, dès le départ au format paysage en dézoomant, mais dans ce cas, je n’aurais pas put faire une photo aussi grande. Elle aurait été trois fois plus petite.

Qui plus est en studio on place notre appareil sur un trépied ce qui permet d’avoir une précision et une définition (un piqué) de très bonne qualité, surtout avec un appareil full frame qui possède en général, un cercle de confusion de qualité ce qui permet d’avoir une photo de qualité même en gros plan.

Du coup j’ai artificiellement ajouté un espace à la gauche d’Armelle (partie droite de la photo) et j’y est ajouté un texte et voici la photo finale :

(Vous pouvez voir la photo en format plus grand en cliquant dessus)

photo de mode retouchée avec photoshop

 Le profile d’Armelle (actrice/modèle) sur facebook

Quel logiciel pour retoucher ses photos ?

Il existe des dizaines de logiciels pour retoucher ses photos. Ils sont plus ou moins facils à prendre en main, ils sont plus ou moins chers.

Des logiciels gratuits comme Picassa, Photo Plus, Anti yeux Rouges, Photo to Sketch, pos free photo editor, Photo Rapido, Photobie, … et pleins d’autres sont très simples, ne demandent pas à connaitre les retouches en photo. Ils sont simples mais par contre ne donne pas forcément un résultat extraordinaire et les modifications restes assez simples. Par contre, pour la plus grande majorité des gens cela suffira. Ils permettent de recadrer, d’augmenter légèrement les contrastes ou encore de supprimer les yeux rouges.

Il existe d’autres logiciels gratuits, plus performants, demandant peut être, un peu plus de pratique, mais restent très abordables comme Iphoto sur Mac, Photo filtre, The Gimp, Paint.net, … qui permettent beaucoup plus de choses.

En tant que professionnel j’ai une obligation que les personnes qui font çà pour le plaisir, par passion, n’ont pas, je dois fournir, je dois aller assez rapidement.

Pour cela j’ai fait le choix de fonctionner avec la gamme de produits d’Adobe. J’utilise principalement « lightroom » et « photoshop ». Les deux produits sont complémentaires.

Un résultat, comme pour la photo d’Armelle « Leave me alone » présenté plus haut, ne peut pas être obtenu uniquement avec Ligthroom. Ceci dit, ligthroom permet d’ajouter un certain nombre de plugins qui permettent d’y ajouter des fonctions. Il existe, par exemple, des plugins qui permettent de retravailler simplement les portraits.
Mais les différences entre les logiciels « Lightroom » et « Photoshop » feront le sujet d’un prochain article en court de préparation.

Have fun !!!

 

[dossier] Les Agents pour Mannequins

Ecrit par Benoit in Tutoriel photographe professionnel | 5 comments

28.01.11

Les agents pour mannequins

De plus en plus, sur Internet on voit partout des « agents de mannequins » ou « agent pour modèles ».

De plus en plus de modèles nous contactent suite à une mauvaise expérience avec ce genre de personnes.

Dernièrement j’ai même eu un appel téléphonique par un « agent de modèles » pour me demander de réaliser « gratuitement » des books pour « ses modèles ».

J’ai eu aussi plusieurs mails me proposant ce genre de services où on me proposait de me facturer les services des modèles encadrés par ce genre de personnes.

Alors qu’en est-il de ce statut d’agent de mannequin en France selon le code du travail ?

C’est ce que je vous propose d’aborder ici, afin de donner les armes et informations nécessaires aux jeunes modèles pour éviter qu’elles ne tombent dans ces pièges.

Ici est choisi volontairement « Elles » pour les modèles, car bizarrement ce genre de personnage se tourne uniquement vers les jeunes femmes.

Ce dossier peut aussi intéresser d’autres professionnels comme les photographes, puisque l’on verra que si ces fameux agents ne respectent pas le droit du travail cela peut se reporter financièrement et pénalement sur les personnes utilisant les modèles … les clients. De plus on verra dans la partie des conditions de travail les rémunérations des modèles.

Il est évidant que tout ce qui suit ne correspond qu’aux modèles « professionnels » je veux dire par là ceux qui font ça autrement que juste par plaisir de temps en temps avec des photographes amateurs. Même si, comme je l’ai écrit dans un article précédent, le statut de modèle dans le droit français ne fait pas de différence entre modèles « amateurs » et modèles « professionnels ».

  • Nous verrons en premier ce qu’est réellement le métier d’agence de mannequins (terme légal) [Page 2]
  • Ensuite ce dossier présente l’aspect législatif du code du travail relatif aux agences de mannequins [Page 3]
  • Condition pour entrer dans une agence de mannequins. [Page 4]
  • Dans cette partie nous détaillerons les conditions de travail et la rémunération avec une agence de mannequins [Page 5]
  • Enfin est présenté quelques trucs pour éviter de tomber dans un piège d’un faux « agent de modèles » [Page 6]
  • Les coordonnées de plus de 70 agences de mannequin, officelles [Pages 7]

.

.

[dossier] Comment devenir modèles ?

Ecrit par Benoit in Tutoriel photographe professionnel | 3 comments

14.12.10


Beaucoup de jeunes femmes et quelques jeunes hommes me posent la question  » Comment devient-on modèle ? » Alors voici un article qui n’a pas la prétention de répondre à la question, mais plutôt de donner quelques conseils pour tenter de réussir et peut-être aussi, malheureusement briser les rêves de quelques-unes ou quelques-uns.

Je ne reviendrais pas sur la position de la loi par rapport au métier de mannequina en France, que j’ai très largement présenté dans un dossier précédent et que je vous conseille de lire « qu’est ce qu’un modèle ou mannequin du point de vue de la loi française« . Disons que l’article précédent présentait le métier au niveau législatif en France, celui-ci présente quelques conseils pour essayer de percer dans ce métier.

Comme détaillé dans le dossier précédent on ne distingue pas les modèles en France, Il n’existe pas de modèles professionnels ou les modèles amateurs, juste des modèles ou des mannequins.

Alors, commençons ce dossier !!!

Et tentons de répondre à ces questions :

  • Comment devenir modèle ?
  • Et si on devient modèle, quel type de modèle ?
  • Comment entrer dans une agence de mannequins ? [page 2]
  • Comment travailler en tant que modèle amateur ? [Page 3]
  • Il faut travailler et apprendre à être modèle avant de se dire modèle et quel type de modèle puis-je être ? (défilé, pour ma coiffure, pour mes formes, pour la photo, …)[page 4]
  • Les conclusions à en tirer et ce qu’il faut retenir [page 5]

[MyVideo]pub_blog_dps_01[/MyVideo]

[dossier] Qu’est ce qu’un modèle ou mannequin du point de vu de la loi Française

Ecrit par Benoit in Tutoriel photographe professionnel | 30 comments

17.08.10

Sabrina - séance photo par Benoit ThibaudeauComme beaucoup de photographes professionnels, je suis contacté plusieurs fois par semaine par des « modèles » qui souhaitent que je leur réalise un book photo. Bien souvent ces « mannequins » se présentent comme étant des « modèles freelance ».

D’autres personnes, que je croise sur mon blog dédié à mon activité de photographe professionnel, me demandent comment devient-on mannequin ?

Pour les modèles freelance ou « en agence » qui nous contact, beaucoup non rien de mannequin d’un point de vue légal. Mais ces personnes pensent qu’en se disant mannequin elles auront le droit à une séance photo gratuite comme ont tous les mannequins. C’est là que l’on voit qu’elles/ils n’y connaissent rien. Les mannequins professionnels n’ont jamais de séances gratuites.

Alors qu’est-ce que réellement un mannequin aux yeux de la loi ? Et qu’est-ce que cela entraine ?

[menu]

Ce que je vous propose de voir dans ce dossier

[/menu]

Cours photo

Retrouvez les cours de photo que je dispense à Paris

Le photographe du blog

Portrait de Benoit Thibaudeau
1971-11-02
2013-03-11
Benoit Thibaudeau
Photographe
Spécialiste mariage / Studio et publicité

Deviens Photographe

      Le site : www
      Le blog : Blog

Dream Photos - Studio

      Le site : www
      Le blog : Blog
Son mail :
Tel : 06.70.02.31.27
Mr. Benoit Thibaudeau
27 bis rue Louis Rolland
92120 Montrouge,
Haut de Seine - FRANCE

Newsletter

T-shirts, casquettes, sacs, goodies

Les t-shirts, casquettes, sacs, goodies

La boutique Photo

La boutique photo de deviens-photographe

Rejoignez moi !

Google +

Rejoignez moi sur Youtube

Sur les Réseaux